Genèse d'une épopée

Ceci est l'adaptation numérique de l'Encyclopédie Breizhonaute, éditée au début du III° millénaire de l'ère d'avant la nôtre, et qui n'est qu'un abrégé de cette somme monumentale malheureusement perdue, qui fut vraisemblablement publiée en plein de volumes, tous plus intéressants les uns que les autres. On peut dores et déjà considérer que la majeure partie de cette Encyclopédie restera définitivement inconnue de nous.

En effet, il semblerait qu’au cours du Grand Transbordement, les pages de l’Encyclopédie Breizhonaute se soient mélangées, quand elles ne se sont pas purement et simplement volatilisées dans le Néant.

Lors de ce grand évènement migratoire, certains volumes ont été rangés dans des cartons probablement mal référencés. Qui n’a pas déménagé en mélangeant les torchons du carton marqué « linge » avec les serviettes, dans le carton marqué «salle de bain» ?

​​​​​​​​

De plus, tous les cartons n’ont pas été envoyés à la même adresse. Certains même ont été vus dans la grande nébuleuse des Objets Trouvés, qui n'est accessible, comme chacun sait, que les jours ouvrables de 14h30 à 16h15, heure locale.

De ce fait, l’ordre alphabétique de l'Encyclopédie Breizhonaute en pleins de volumes s’en est trouvé notablement bouleversé.

Et comme l’ordre alphabétique dépend aussi de la langue utilisée par le lecteur, il aurait fallu intervertir certains articles avec d’autres dans chaque édition publiée dans toutes les langues de toutes les galaxies de l’Univers. Ce qui aurait demandé un travail de fourmi considérable, que fort heureusement notre maison d’édition n’a pas voulu infliger à ses collaborateurs.

Et pourquoi trier dans un ordre différent des articles encyclopédiques qui sont déjà classés dans le désordre ? Ce serait une attitude moralement indéfendable, et d’un strict point de vue financier, ce serait une dépense insoutenable.

L’Empire Européen ne s’est-il pas lui même dissout dans la paperasse plurilinguistique ?

On peut légitimement se passer de l’ordre alphabétique pour comprendre la civilisation breizhonaute et l’on ne peut que s’en réjouir. Aussi,  et pour éviter de sombrer dans les poubelles d’un liquidateur judiciaire, l’auteur du présent site préfère vous le présenter en francien, langage actuel universel et intergalactique.

C’est pour ces deux raisons fondamentales que l'Encyclopédie Breizhonaute n'existe qu’en abrégé, et que l’ordre alphabétique n’est pas strictement respecté à la lettre.

Tandis que ce site internet, on peut le consulter dans tous les sens. Ce qui est un progrès notablement considérable.

Les Origines

On peut dire sans se tromper que les Breizhonautes viennent d’une lointaine planète autrefois appelée Bretagne et qui aurait disparu il y a des temps immémoriaux avec la légendaire planète Terre pour d’obscures raisons climatiques, ce qui reste à prouver.

A l’instar de leurs lointains cousins les cosmonautes (qui vivent du cosmos), les astronautes (qui eux vivent dans les astres), les spationautes (qui occupent l’espace) et les taïkonautes (qui viennent de la planète Taïko), les Breizhonautes se sont adaptés à la vie en apesanteur avec une grande humilité.

Et puis c’étaient de grands voyageurs.

Le fait est que les Bretons, pour quitter leur monde natal, ont dû mettre au point des techniques originales basées sur leurs ancestrales traditions artistiques, architecturales et culinaires.

Depuis lors, les Breizhonautes restent très méfiants envers la quasi-totalité des créatures de l’Univers – sauf si elles restent chez elles -, à part l’huitre de Cassiopée, la moule d’Acturus, les algues hallucinogènes de Sirius et la crevette cendrée d’Altaïr , qui disposent toutes d’une représentation diplomatique dans les principaux astroports breizhonautes.

Le Grand Transbordement

Le Grand Transbordement est le nom qu’on donne à la grande migration des Breizhonautes dans l’Espace interstellaire. Cet évènement s’est produit il y a si longtemps, que les récits qui en parlent sont souvent légendaires, pour ne pas dire mythiques.

Plusieurs hypothèses expliquent cette incroyable migration des anciens Bretons dans l’espace, à l’origine de la civilisation breizhonaute actuelle que nous connaissons.

Première hypothèse : le bruit insupportable du biniou aurait poussé les habitants de la Terre à prendre des mesures draconiennes, à savoir mettre les Bretons à la porte, ce qui est l’hypothèse la plus improbable puisque l’Univers entier fredonne encore des chansons d’Alan Stivell.

Deuxième hypothèse : la mainmise de l’industrie agro-alimentaire asiate sur les stocks de lait et de seigle nécessaire à la confection des galettes, qui est une hypothèse malvenue pour des raisons diplomatiques, et dont la qualité des relations commerciales avec nos amis asiatiques de toutes les galaxies de la constellation du Dragon démontre l’inanité.

Troisième hypothèse : l’arrêt de la gratuité des 4 voies hyperspatiales bretonnes, hypothèse plausible mais que nous considérons toujours comme une incongruité, parce qu’ils ne se seraient pas laissé faire.

Les mauvaises langues formulent aussi une quatrième hypothèse : la cause de la disparition de la Bretagne originelle serait un simple accident domestique. On ne peut rester que les bras ballants devant tant de niaiserie.

Avant d'arriver quelque part, les Breizhonautes franchirent un espace très très grand et très silencieux qu'ils appelèrent "le Grand Rien". De ce "Grand Rien", on ne sait pas grand chose. On sait qu'il ne fut pas facile d'en sortir. L'histoire aurait pu s'arrêter là. Il s'en fallu d'un rien, bien sûr.

Le Grand Transbordement s’achève à l’arrivée des derniers vaisseaux breizhonautes partis de la légendaire Terre dans la constellation de l’Ancre.

La traversée du Grand Rien

rien

Geographie d'une expansion

Voyageurs réputés infatigables, les Breizhonautes ont aussi un sens inné de l’orientation.

Quelques constellations bien connues dans l’Univers (et dans les autres)  comme les Poissons, le Dauphin, le Sextant, la Baleine, le Poupe, les Voiles, la Carène, la Chevelure de Bérénice, gardent encore des noms typiquement breizhonautes, ou bien rappellent des notions liées à leurs activités dans l’espace.

 

On peut trouver des traces épisodiques de leur présence dans le Grand Chien, le Lièvre, le Renard, le Serpent, le Dragon, le Lézard, le Cocher, le Triangle, la Licorne, le Corbeau, la Machine Pneumatique, le Loup, le Sculpteur, le Chevalet du Peintre (où a été reconstituée la mythique cité de Pont-Aven), la Dorade, le Poisson Austral, l’Aigle, la Mouche, le Burin, le Réticule, l’Octant, ou la constellation de la Coupe Pleine, où se trouvent encore les plus agités des Breizhonautes.

Leur présence extragalactique a été remarquée dans la Nébuleuse du Crabe.

Mais c'est surtout pour leur capacité à repérer les bars sauvages de Bételgeuse que certains Breizhonautes se sont faits connaître, répandant dans toutes les galaxies, l'idée saugrenue que tous les Breizhonautes sont des êtres sanguinaires assoiffés.

  • Facebook Social Icon

© 2020 par Thierry Svahn.

Reproduction interdite.

 Créé avec Wix.com